Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous


Ce mois-ci, la CODE s’intéresse à la prévention des mutilations génitales féminines : cliquez ici !

Sale temps pour les enfants ! - Communiqué de presse de la CODE

Actualité mise en ligne le 2 février 2016

Communiqué de presse - 2 février 2016

Sale temps pour les enfants !

La Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (CODE), qui rassemble 14 membres actifs en matière de droits de l’enfant en Fédération Wallonie-Bruxelles, a consacré son étude 2015 à l’impact de la crise sur les droits de l’enfant en Belgique.

Le quotidien de nombreuses familles vivant en Belgique a évolué vers une plus grande précarité suite à la crise financière de 2008, dont les effets se font encore sentir aujourd’hui. Les impacts sur les enfants sont multiples et considérables. Les chiffres indiquent qu’ils sont plus importants que pour toute autre catégorie de population. Certains effets sont directs, d’autres sont indirects. Tous les droits de l’enfant reconnus par la Convention relative aux droits de l’enfant.

Depuis la mise en place de mesures d’austérité, le nombre de jeunes qui ont quitté l’école, ne suivent pas de formation et/ou sont sans emploi a explosé ; la proportion d’enfants faisant partie d’un ménage dans lequel aucun adulte n’a d’emploi a fortement augmenté ; le nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale a lui aussi augmenté de manière très importante ; de plus en plus de personnes et de familles sont en grande difficulté.

Les enfants sont durablement touchés par la récession (18% vivent en situation de pauvreté ou de risque de pauvreté) à travers des mesures qui touchent leurs parents et leurs grands-parents  : perte de revenus, régimes de travail à temps partiel, chômage, manque de logements accessibles, etc. A ces conséquences indirectes s’ajoutent des effets plus directs, car les Etats ont tendance à réduire leurs dépenses dans des domaines essentiels qui concernent les enfants au premier plan (accueil de la petite enfance, accompagnement, enseignement, santé, culture etc.). De fil en aiguille, c’est aussi le bien-être des enfants qui est touché par la crise (exclusion, stigmatisation,…).

Pourtant, les effets de la crise sont évitables. Chiffres à l’appui, l’étude 2015 de la CODE « Sale temps pour les enfants. L’impact de la crise sur les droits de l’enfant en Belgique » le rappelle. Elle est disponible gratuitement en format papier sur demande. Sa version électronique est téléchargeable ici. Une synthèse est également disponible.

Membres de la CODE : Amnesty International Belgique francophone, l’Association Françoise Dolto, ATD Quart Monde Wallonie-Bruxelles, BADJE (Bruxelles Accueil et Développement pour la Jeunesse et l’Enfance), le Conseil de la jeunesse, Défense des Enfants International (DEI) Belgique, ECPAT (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for sexual purposes) Belgique, Famisol, la Ligue des droits de l’Homme, la Ligue des familles, Plan Belgique, le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP), le Service Droit des Jeunes (SDJ) de Bruxelles, ainsi que l’UNICEF Belgique.

Contact : Valérie PROVOST, 02/223.75.00.

Siège social : Rue du Marché aux Poulets 30 à 1000 Bruxelles

Site Internet : www.lacode.be

Réseaux sociaux : Facebook et LinkedIn.