Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous

Malgré la forte opposition de plus de 100 organisations, dans quelques mois, des enfants innocents seront enfermés dans un nouveau centre fermé. Voyez le communiqué de presse.

Lettre ouverte : Place et expression de jeunes sur la RTBF

Actualité mise en ligne le 10 novembre 2011

Le Conseil de la Jeunesse, en collaboration avec 43 autres associations, a envoyé une lettre ouverte à Jean-Paul Philippot, administrateur général de la RTBF, pour dénoncer la manque d’émission participative et d’expression pour les jeunes.

Monsieur l’Administrateur général,

C’est avec incrédulité et consternation que nous constatons, en cette rentrée académique 2011-2012, le sort réservé aux deux principales émissions participatives en termes de paroles de jeunes dans le paysage audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles : « Quand les jeunes s’en mêlent » (le débat radio hebdomadaire et les séquences quotidiennes) sur la Prem1ère et « Coup2pouce » (rediffusée chaque semaine) sur la Trois. La première est réduite à peau de chagrin tandis que la seconde est tout simplement supprimée.

Malgré tout le volontarisme dont le service public avait fait preuve jusque là, désormais, les jeunes redeviennent à la RTBF, comme presque partout ailleurs, ceux « dont on parle » mais que l’on n’écoute pas, que l’on n’entend pas. Une situation paradoxale et qui interpelle à l’heure où l’actualité, tant nationale qu’internationale (notamment en Afrique du Nord), montre voire prouve que les jeunes ont énormément de choses à dire, un discours politique de qualité propre à participer du renversement de régimes et de dirigeants réputés imperméables au changement. Il ne faudrait pas que l’Occident soit seul aujourd’hui à priver la jeunesse de parole, à lui refuser son droit à la liberté d’expression, à lui nier son rôle dans le champ médiatique, ou dans le débat politique, économique et social. Trop souvent encore les mineurs sont présentés dans les médias de grande diffusion (papier, radio, télévision) de manière caricaturale, comme des fauteurs de troubles, des drogués, des délinquants ou des criminels en puissance. Une injustice qui ne rend en aucun cas compte de la richesse des talents, de la diversité des compétences, de l’intelligence d’une jeunesse motivée, engagée dans des projets positifs et constructifs dans l’intérêt du plus grand nombre.

En supprimant « Coup2pouce » et en mutilant « Quand les jeunes s’en mêlent », la RTBF semble se détourner de ses missions de service public en privant les jeunes de leur rôle d’acteur des médias pour les confiner, à l’exemple du monde marchand, à celui de consommateurs. Là où la RTBF avait montré jusque là du courage à naviguer à contre-courant des tendances lourdes actuelles, en développant une politique volontariste en matière d’éducation permanente et non formelle, de développement culturel, de lien intergénérationnel, de rencontre des minorités socioculturelles, elle donne le sentiment d’abandonner une partie de son identité spécifique en renvoyant les jeunes au silence.

Pourtant, lors des journées « l’Education aux médias pour tous » organisées, l’an dernier, dans le cadre de la Présidence belge de l’Union européenne, ces deux programmes et l’ouverture de nos médias à la parole des jeunes avaient été mis en exergue par le Conseil Supérieur de l’Education aux Médias. Les deux émissions avaient aussi été saluées et pointées comme « bonnes pratiques » par différents intervenants tels que les ministres de la Culture, de l’Enseignement obligatoire et de la Jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles. Citées en exemple pour les pays de l’Union européenne, on comprend mal que les deux programmes disparaissent quelques semaines plus tard.

Nous considérons que le sort réservé à « Quand les jeunes s’en mêlent » et à « Coup2pouce » constitue un véritable recul, sinon un déni, du droit des jeunes à l’expression (articles 12 et 13 de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant). Nous vous demandons instamment de prendre sans tarder les dispositions nécessaires à rouvrir vos antennes à la parole des jeunes dans des émissions participatives répondant à l’esprit et la lettre du contrat de gestion qui définit vos missions.

Dans l’attente d’une réaction de votre part, veuillez agréer, Monsieur l’Administrateur général, l’expression de nos sentiments distingués.

Les signataires :

Le Conseil de la Jeunesse L’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse La Ligue des Droits de l’Homme asbl La Commission Consultative des Organisations de Jeunesse (CCOJ) La Confédération des organisations de jeunesse pluralistes et Indépendantes (COJ asbl) CJC L’AMO Samarcande asbl Le Centre de Formation d’Animateurs asbl Coup2pouce Les CEMEA For’J Solidarcité asbl, et le Réseau Solidarcité Vidéo Éducation Permanente VIDEP asbl Centre Vidéo de Bruxelles – CVB asbl Défense des enfants - International (DEI-Belgique) Association des Services droit des jeunes (ASDJ asbl) Le Collectif pour la promotion de l’Animation Jeunesse Enfance (C-paje) VillenLiens asbl « Quand les jeunes… l’asbl » asbl Latitude Junior - Latitude Jeunes - Fédération Nationale des Patros Le CREE asbl Empreintes asbl - CRIE de Namur Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (CODE) Guides Catholiques de Belgique Le CJLg COALA UNICEF Belgium Résonance, Réseau Formation Jeunesse ASBL "Jeunes et Libres" Culture et démocratie asbl Les Scouts et Guides Pluralistes de Belgique La JOC La JOCF Jeunesses scientifiques Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie Bruxelles Les Auberges de Jeunesse asbl SCI-Projets internationaux asbl Jeune Et Citoyen (JEC) Bao-jeunesse Jeunes cdH CEF - Comité des Élèves francophones Quinoa | ONG d’éducation au développement Fédération des Maisons de Jeunes en Belgique francophone