Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous

En ce mois de novembre, mois anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, des dizaines de familles avec enfants dorment dans la rue à Bruxelles. Mobilisons-nous pour qu’un accueil d’hiver pour les familles soit mis en place sans délai !

Les jeunes : un danger, vraiment ? (invitation à une conférence de presse-30 juin 2011 à la Ligue des droits de l’Homme)

Actualité mise en ligne le 30 juin 2011

La Commission jeunesse de la Ligue des droits de l’Homme s’étonne et s’inquiète, à l’instar des nombreux signataires qui soutiennent son point de vue (voir ci-après), des différentes mesures adoptées au Nord comme au Sud du pays -mesures qui sous l’objectif apparent de maintien de l’ordre public et de sécurité des citoyens intègrent des dispositifs menaçant les libertés du public qu’elles ciblent : les jeunes.

Parmi ces mesures, la Commission retient particulièrement certaines d’entre elles pour leur caractère attentatoire au respect de la vie privée, à la liberté de circulation, à l’accès à la culture et aux loisirs : - les couvre-feux et l’interdiction de regroupement imposés aux jeunes dans de plus en plus de communes ;
- l’appel au repérage de la « radicalisation des jeunes » lancé par la ministre de l’Intérieur Annemie Turtelboom en janvier 2011 ; - le programme VIP -« Very Irritating Police »- développé sur la côte depuis avril dernier ;
- les mesures proposées récemment, à nouveau par Annemie Turtelboom, pour gérer les parcs récréatifs et en interdire l’accès à différents jeunes ;

À la veille des vacances scolaires d’été, la Commission jeunesse de la Ligue des droits de l’Homme craint une recrudescence de ces mesures « anti-jeunes » et tire la sonnette d’alarme. En effet, durant les prochaines semaines, des jeunes de tout âge et de toute origine vont « envahir » les jardins publics, les parcs de loisirs, les plages et autre lieu de détente. Seul(e), en couple, en groupe ou en grappe, ils feront résonner ces lieux de leurs éclats : des rires, de la colère, du bruit, des insultes, des disputes ou des démonstrations d’amitié. Faudra-t-il pour autant percevoir ces jeunes comme une menace à la quiétude des « adultes » et multiplier les moyens pour les cantonner dans leur quartier ?

Sans pour autant tomber dans l’angélisme et prétendre que les jeunes ne se rendent jamais coupables d’infractions ou d’incivilités, la Commission jeunesse tient à attirer l’attention des médias sur un point central : la systématisation des politiques de suspicion et de contrôle à l’égard des jeunes dans l’espace public posent la question de la place que l’on veut bien accorder à ces derniers dans notre société démocratique.

Une société qui prône le jeunisme dans bien des domaines (performances intellectuelle ou physique, mode, culture pop,…) mais qui peine à intégrer réellement les moins de 25 ans dans son espace public. Et qui oscille entre l’envie de considérer les jeunes comme un facteur d’avenir…ou une source de danger ; la dernière l’emportant régulièrement sur le premier.

Cette image du jeune inévitablement perturbateur, cet amalgame entre jeunesse et délinquance se retrouve assez fréquemment dans les médias et est entretenu par les décisions prises au niveau politique. Voilà pourquoi la Commission jeunesse tient à interpeller les représentants du monde politique et médiatique quant au fait que leur travail participe à la vision qu’a la société de sa jeunesse. Dès lors, cet été, lorsqu’il s’agira d’adopter une mesure en urgence ou de rédiger des articles suite à un fait divers qui impliquerait des jeunes, il sera utile d’être attentif à ce qu’ils ne véhiculent pas des clichés artificiellement insécurisant sur ceux-ci. Un jeune a le droit au même titre qu’un adulte de s’exprimer et de ne pas être jugé d’emblée.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) vous invite à assister à une conférence de presse sur les mesures prises ces derniers mois à l’encontre des jeunes le jeudi 30 juin à 11 heures, dans les locaux de la LDH : Rue du Boulet 22 à 1000 Bruxelles.

CONTACT PRESSE : Cécile De Borman, coordinatrice Commission Jeunesse : 02 209 62 84 David Morelli, chargé de Communication LDH : 02 209 62 86

La CODE compte parmi les signataires du texte. Pour les précisions et l’ensemble des signataires, voyez le site de la Ligue des droits de l’Homme.