Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

L’Union européenne combat l’abus sexuel des enfants et la pornographie enfantine (Communiqué de presse d’Ecpat Belgique)

Actualité mise en ligne le 7 décembre 2011

Le Conseil de l’UE et le Parlement européen ont adopté une directive pour combattre l’abus sexuel et l’exploitation des enfants ainsi que la pornographie enfantine.

La directive harmonise la définition des crimes et délits en la matière et prévoit des peines maximales, allant jusque 10 ans de prison.

ECPAT Belgique soutient cette directive qui renforce la lutte contre toutes les formes d’exploitation sexuelle des enfants et demande sa transposition rapide dans la législation belge.

Lutte contre le tourisme sexuel

La directive a pour but de combattre l’industrie du tourisme sexuel. D’une part, en faisant du tourisme sexuel une infraction criminelle dans toute l’UE, y compris pour des faits commis à l’étranger par un ressortissant européen. D’autre part, en mettant en place des mesures de prévention pour diminuer la demande de services sexuels hors UE.

Pour ECPAT Belgique (End Child Prostitution, Child Pornography and Trafficking of Children for sexual purposes), ces provisions contribuent à combattre l’industrie du tourisme sexuel puisqu’elles promeuvent le “Code de conduite pour la protection des enfants dans le tourisme”, l’établissement d’un code éthique ou de labels de qualité pour toutes les organisations combattant le tourisme sexuel avec des enfants, ainsi que la diffusion d’outils de sensibilisation.

Depuis 2004, ECPAT Belgique a initié la création d’un groupe de travail incluant des partenaires de différents secteurs (Ministère des Affaires étrangères, Justice, Défense, Police, la Fédération de l’Industrie du Tourisme, la FEBETRA, Child Focus, Plan Belgique, la Fondation Samilia et ECPAT Belgique), ce qui a mené au lancement de la campagne « Stopprostitutionenfantine.be ». A travers la sensibilisation de tous les voyageurs, la campagne a pour objectif d’augmenter le nombre de signalements de cas de tourisme sexuel (www.stopprostitutionenfantine.be).

Des temps difficiles pour les pédophiles

Le texte prévoit également des seuils minimum aux peines maximales relatives à une vingtaine d’infractions pénales – plus sévères que ce que ne prévoient généralement les lois européennes, surtout dans les cas d’abus commis par des personnes qui jouissent d’une position reconnue de confiance, d’autorité ou d’influence ou d’abus commis sur des enfants particulièrement vulnérables.

Les pages Internet de pédopornographie doivent disparaître mais le blocage est encore nécessaire dans certains cas

Les Etats membres devront assurer la suppression rapide des pages hébergées dans leur pays contenant ou diffusant de la pornographie enfantine. Quand la suppression à la source n’est pas possible, les Etats membres peuvent bloquer l’accès à ce contenu sur leur territoire.

Interdiction pour les délinquants de travailler avec des enfants

Lors du recrutement, les employeurs pourront demander des informations sur les condamnations pour infractions sexuelles à l’encontre d’enfants. Les États membres auront également le droit de prendre d’autres mesures, telles que des registres de personnes reconnues coupables de "délinquance sexuelle".

Contacts : ECPAT Belgique - Ariane Couvreur – Danielle Van Kerckhoven 02/522.63.23- 0498/82.60.49- info@ecpat.be – www.stopchildprostitution.be

Pour accéder à la directive européenne, consulter le site du Conseil de l’Union européenne.