Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous

En ce 17 octobre, journée mondiale de lutte contre la pauvreté, la CODE rappelle l’impact important de la pauvreté sur les enfants et le respect de leurs droits en Belgique. L’occasion de relire nos analyses à ce sujet. Nos membres se mobilisent : pour plus d’information quant aux activités qu’ils organisent, rendez-vous sur notre page Facebook !

Etude de la CODE sur "La pauvreté nuit gravement à la santé des enfants"

Actualité mise en ligne le 23 février 2010

La Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (CODE) publie une étude sur l’impact de la pauvreté sur la santé des enfants.

L’étude de la CODE est disponible dans la rubrique Publications du site Internet de la CODE : http://www.lacode.be. N’hésitez pas à nous contacter pour toute information !

Contexte général

La pauvreté des enfants constitue une question transversale de son travail. En effet, elle a des conséquences importantes sur tous les droits des enfants.

En 2010, Année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale, nous devons constater que dans un pays privilégié comme la Belgique, la pauvreté touche de nombreuses familles, et que 17% des enfants vivent sous le seuil de pauvreté.

La CODE a choisi d’approfondir l’impact de la pauvreté sur la santé des enfants, à travers une meilleure compréhension de ce que constitue la santé et ses déterminants. Elle propose également des chiffres qui témoignent de cet impact. Enfin, la CODE a analysé divers obstacles à l’accès à la santé et proposé diverses pistes de réflexions.

La santé, c’est quoi ?

L’OMS définit la santé par des déterminants multiples, qui sont les facteurs qui l’influencent favorablement ou défavorablement. Ils sont généralement regroupés en 5 catégories : les prédispositions biologiques et génétiques (le genre, les maladies génétiques, etc.), les habitudes de vie et comportements reliés à la santé (alimentation, activité physique, tabagisme, consommation d’alcool, etc.), les conditions et milieux de vie (qualité du logement, niveau de scolarité, emploi, cohésion sociale dans la communauté, soutien social, etc.), l’environnement physique (qualité de l’air, de l’eau, des aliments, etc.), ainsi que l’organisation des services sociaux et de santé et l’accès à ces ressources.

Ces divers facteurs vont interagir entre eux et avoir un impact sur l’état de santé. Et, alors que la pauvreté nuit à la santé de tous, adultes et enfants, elle a un impact tout particulier sur la santé des enfants parce que l’enfant est un être en développement et que les conditions de sa naissance, ainsi que sa bonne ou sa mauvaise santé au cours de son enfance auront, avec un effet cumulatif, des conséquences à long terme sur sa santé.

Cette approche illustre le fait que tout n’est pas dans les mains des parents comme on pourrait le penser à première vue. Divers autres éléments interagissent, sur lesquels les parents n’ont aucune prise et dont ils ne sont en aucun cas responsables.

Quelques constats

La pauvreté a un impact négatif sur la santé quels que soient les indicateurs utilisés. Les inégalités de santé concernent l’enfant dès sa naissance et se poursuivent dans tous les groupes d’âges. Les enfants de familles précarisées ont une moins bonne santé, dès la petite enfance. Ils ont un risque plus élevé de naître prématurés ou d’avoir un petit poids de naissance. En ce qui concerne les adolescents, l’étude relève que les jeunes, en fonction de leur origine sociale, ne sont pas égaux face à la santé en matière de sentiment de bien-être, d’habitudes alimentaires, d’activités physiques et de comportements à risque.

Obstacles à l’accès à la santé

Malgré diverses avancées destinées à améliorer l’accès de tous aux services de santé, les familles qui vivent dans la précarité rencontrent divers obstacles qui en limitent fortement leur accès. Ils sont financiers (en Belgique, 28,6% des familles monoparentales et 10,7% des couples avec enfants déclarent avoir dû postposer des soins de santé pour raisons financières), administratifs (manque d’information et de compréhension, etc.), culturels (difficultés par rapport à l’écrit), psychosociaux (peur du contrôle social), etc.

Pistes de solution

Dans son étude, la CODE propose une série de recommandations, comme autant de pistes de solution à poursuivre, creuser, mettre en oeuvre.

Pour lutter contre les inégalités de santé, il est en tout premier lieu essentiel de mettre en oeuvre une politique coordonnée qui prenne en compte les déterminants de la santé (sécurité d’existence, logement, travail, éducation,…). En effet, la santé dépend moins de l’accès aux soins que de l’accès à des conditions de vie convenables.