Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous


Ce mois-ci, la CODE s’intéresse à la prévention des mutilations génitales féminines : cliquez ici !

Elections – Nouveau sondage 84% des Belges veulent que les enfants soient en haut des agendas politiques (UNICEF, CP)

Un sondage Insites Consulting commandé par UNICEF Belgique révèle que la grande majorité des Belges estime qu’il est important de mettre les enfants au cœur des priorités politiques. UNICEF Belgique appelle tous les partis politiques à faire des enfants une priorité et chaque citoyen à donner sa voix à un enfant.

Actualité mise en ligne le 19 mai 2014

Une écrasante majorité de Belges, 84 %, pense que les questions qui touchent les enfants doivent être placées en tête des priorités politiques. C’est ce que révèle un nouveau sondage réalisé à une dizaine de jours des élections à la demande d’UNICEF Belgique. Un examen plus attentif des résultats révèle que les femmes et, d’une courte tête, les francophones, sont plus attachés à défendre les droits des enfants. Plus on avance en âge et plus cet enjeu semble important.

Mais les questions domestiques (la pauvreté des enfants et l’éducation en Belgique) retiennent davantage l’attention du public. 97% des sondés trouvent important d’assurer une éducation de qualité et 91% de lutter contre la pauvreté des enfants en Belgique. Une amélioration de l’aide aux familles et aux enfants des pays en développement, ne reçoit l’adhésion que d’une courte majorité de l’échantillon (68%). Ce résultat est cependant compensé par le fait que 80% des personnes pensent que les enfants doivent occuper une place centrale dans la politique belge de coopération au développement.

Interpellation

Conforté par les résultats de ce sondage, UNICEF Belgique demande instamment à tous les candidats et présidents de parti de mettre les enfants au centre des priorités politiques et de lutter contre les violations des droits de l’enfant en Belgique et dans le monde. Les enfants représentent près d’un quart de la population dans notre pays et un tiers au niveau mondial, mais leurs voix sont rarement entendues en politique, en particulier pendant des élections. C’est particulièrement préoccupant pour ce qui concerne la lutte contre la pauvreté. Les taux de précarité des enfants sont alarmants partout dans le monde. UNICEF Belgique n’hésite pas à y voir un manque d’intérêt réel de la part des responsables politiques, alors même que les effets de la crise économique mondiale ne cessent d’aggraver la situation. L’ONG a rédigé un manifeste présentant six mesures concrètes à mettre d’urgence en œuvre pour améliorer le bien-être des enfants et combler les écarts dont souffrent les enfants les plus vulnérables. Ce document a été envoyé à tous les partis politiques démocratiques. Les priorités qu’il contient concernent les droits de l’enfant en général, la coopération au développement et les enfants dans la solidarité internationale, l’impact de la crise sur les enfants, la pauvreté infantile et l’éducation de qualité pour tous. Tous les partis démocratiques ont assuré en réponse qu’ils accorderaient une attention particulière aux enfants. Pour Yves Willemot, le Directeur général d’UNICEF Belgique, il ne peut s’agir d’une simple promesse électorale : « Nous sommes heureux qu’une grande majorité de Belges se soucie des enfants dans notre pays et dans le monde. Il faut donc que les partis accordent une plus grande attention aux besoins de ces enfants dans le cadre de ces élections mais surtout au-delà de celles-ci, afin que les promesses faites soient véritablement mises en œuvre » UNICEF Belgique rencontrera les partis politiques après les élections afin de maintenir une attention constante en faveur des enfants. « C’est d’autant plus important que nous fêterons cette année le 25ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant », insiste Yves Willemot, « mais, seuls, nous n’y parviendrons pas. Nous avons besoin du soutien continu du public ».

Ma voix pour les enfants

Un tel anniversaire pourrait se limiter à aligner les réussites engrangées en un quart de siècle. UNICEF Belgique préfère rebondir sur les progrès immenses accomplis en 25 ans pour mettre en évidence le sort des enfants qui en ont été exclus et qui survivent, oubliés de tous. Il propose donc à tout un chacun de donner sa voix à un enfant particulièrement vulnérable. C’est très simple, il suffit de remplir la pétition en ligne sur le site www.mavoixpourlesenfants.be. Plus de citoyens signeront cette pétition et plus fort sera l’UNICEF dans son plaidoyer pour que les politiques accordent une attention soutenue aux enfants les plus vulnérables.

Contact pour la Presse  :

Benoît Melebeck – Chargé de l’Information et de la Presse -0476/43.08.07 – bmelebeck@unicef.be

Note sur le sondage Insites Consulting / UNICEF Belgique Sondage réalisé par InSites Consulting pour le compte d’UNICEF Belgique auprès d’un échantillon représentatif de 1.000 Belges âgés de plus de 15ans à plus de 65 ans. Il a eu lieu au mois d’avril 2014 et sa marge d’erreur est estimée à 3 %. Une différenciation détaillée a été réalisée selon l’âge, le sexe, la situation familiale, le lieu de résidence, le niveau d’étude et le revenu.

Il était demandé aux personnes consultées d’attribuer un degré d’importance à six propositions :

• Mettre les questions qui touchent les enfants au cœur des priorités politiques

• Mettre les enfants au centre des politiques d’aide au développement

• Mieux protéger les enfants contre les effets de la crise économique et prévoir des budgets suffisants pour les protéger

• Mieux aider les familles et les enfants des pays en développement

• Lutter contre la pauvreté des enfants en Belgique

• Donner une éducation de qualité à chaque enfant en Belgique.