Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous


Ce mois-ci, la CODE s’intéresse à la prévention des mutilations génitales féminines : cliquez ici !

Communiqué de presse : Les associations de défense des Mineurs étrangers non accompagnés assignent l’Etat belge et Fedasil en justice pour les enfants laissés – parfois sans nourriture - dans la rue ou dans des « hôtels » inadaptés

Actualité mise en ligne le 13 mars 2012

Les associations de défense des Mineurs étrangers non accompagnés assignent l’Etat belge et Fedasil en justice pour les enfants laissés – parfois sans nourriture - dans la rue ou dans des « hôtels » inadaptés.

De nombreux mineurs étrangers non accompagnés (MENA) en Belgique ne sont plus accueillis dans les centres d’hébergement en Belgique. Fedasil est pourtant dans l’obligation légale de les accueillir, lors d’une première phase d’accueil dès leur arrivée en Belgique, dans des structures d’accueil adaptées à leurs besoins.

Le 7 février, les services d’aide en milieu ouvert (AMO) tiraient la sonnette d’alarme. Malgré une forte médiatisation de ces situations, aucune réponse concrète et satisfaisante n’a vu le jour. 200 jeunes MENA sont hébergés dans les hôtels de seconde zone, totalement livrés à eux-mêmes. Fedasil est pourtant responsable de les héberger de manière encadrée, de les nourrir, de leur fournir habillement, accompagnement médical, social et psychologique. Des centaines d’autres jeunes non hébergés dans les hôtels se retrouvent littéralement dans la rue. La santé de ces jeunes est mise en danger, leur scolarité est empêchée, leur sécurité n’est plus garantie et leur futur est mis en péril. Ils s’adressent aux AMO pour trouver un hébergement. Des centaines d’autres sont hébergés dans des centres d’accueil bondés – parfois dans des ailes pour adultes - et des incidents graves se produisent toutes les semaines.

Fedasil et l’Etat belge violent ainsi non seulement leur propre loi nationale concernant l’accueil des étrangers, mais également les dispositions prévues dans la Convention internationale relative aux droits de l’enfant et la Convention européenne des Droits de l’Homme.

Une action en référé a été introduite cette semaine devant le Président du Tribunal du Travail de Bruxelles par l’ONG Défense des Enfants International – Belgique afin de condamner l’Etat belge et Fedasil à respecter les engagements nationaux et internationaux pris en faveur des enfants.

Cela fait 10 ans que les associations attendent que le Fédéral (Fedasil) et les Communautés (les Services d’Aide à la Jeunesse) se partagent de manière claire la responsabilité de l’accueil des MENA à partir de la deuxième phase. Dans l’attente, une véritable guerre de responsabilité continue et les MENA sont renvoyés par le Fédéral vers les Communautés et des Communautés vers le Fédéral. Les enfants sont pris en otage et vivent des situations inhumaines (sur(vie) dans la rue, hébergement à l’hôtel sans aucune autre forme d’accompagnement, accueil dans des centres pour adultes).

Nous exigeons que des réponses structurelles soient rapidement apportées à ces enfants et adolescents dont les droits ne sont pas respectés tout au long de l’année. Nous exigeons qu’un protocole de collaboration soit signé d’urgence entre le Fédéral et les Communautés, prévoyant un système d’accueil décent pour tous ces mineurs étrangers non accompagnés.

Soutenus par des AMO, nombre de ces MENA à la rue se sont adressés ces derniers jours au Service de l’aide à la jeunesse (SAJ) de Bruxelles pour solliciter une aide. Le SAJ de Bruxelles a proposé à 30 jeunes un accueil dans un hôtel à Schaerbeek mais ils s’y trouvent sans nourriture, sans moyens financiers, sans soutien social, médical ou psychologique. Ce manque d’aide est indigne. Les AMO s’acharnent aujourd’hui à mettre en place des solutions palliatives au détriment de l’accomplissement de leurs missions habituelles et cela pour répondre à une véritable urgence humanitaire. Et depuis une semaine, le SAJ renvoie les MENA en demande d’aide dans la rue, l’hôtel étant complet…

Une conférence de presse au lieu à la Ligue des Droits de l’Homme, rue du Boulet, 22 à 1000 Bruxelles (4ème étage) le mercredi 14 mars 2012 à 10h30.

Contacts presse : Charlotte van Zeebroeck : 0491/07.35.15 (FR) et Katja Fournier : 0479/83.53.68 (NL)

Les signataires de ce communiqué de presse sont : DEI Belgique - Les AMO membres de MENAMO - La Plate-forme Mineurs en exil - La Ligue des Droits de l’Homme - La CODE - Kinderrechtencoalitie - UNICEF Belgique - Mentor Escale – Les associations de tuteurs (Gardanto vzw – Maia - ATF-MENA - Aide et Assistance aux Mineurs Etrangers Non Accompagnés et à leurs tuteurs) – Les AMO de l’Arrondissement de Liège - AMO Basse-Sambre - Globule’in AMO – AMO Passage – L’Interfédération de l’Aide à la Jeunesse - La FIPE – ANCE – la FISSAJ - Aide aux Personnes Déplacées, Les avocats MENA : Jacques Fierens, Véronique Dockx, Cécile Ghymers, Marie-Claire Monaco Sorge, Franz Geleyn, Géraldine Lénelle, Magali Vandermeersch, Florence Paul, Valérie Henrion, Caroline Lejeune