Ces droits de l’enfant qui étouffent : la pollution en question

Juillet 2019

Comme le souligne un rapport récent de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « les données sont sans appel : la pollution de l’air a un impact dévastateur sur la santé des enfants » . Or, plus de 90% des enfants dans le monde vivent dans des environnements où la pollution de l’air est supérieure aux seuils définis par l’OMS et au-delà desquels elle est nuisible pour la santé.

Dans ses dernières recommandations, appelées Observations finales, adressées à la Belgique le 7 février 2019, le Comité des droits de l’enfant se dit très préoccupé par le niveau élevé de pollution de l’air dans notre pays et les impacts négatifs de celle-ci sur le climat et la santé des enfants (augmentation de l’asthme, des maladies respiratoires…). Il formule plusieurs recommandations à ce sujet, faisant ainsi écho aux mobilisations (notamment via les « marches pour le climat » du jeudi) de dizaines de milliers de jeunes (et moins jeunes), visant à réclamer une politique climatique ambitieuse .

C’est dans ce contexte, et après une première analyse générale sur le lien entre droits de l’enfant et environnement, que la Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (CODE) a souhaité se pencher sur la question plus spécifique de la pollution de l’air et de son impact sur la santé et les droits de l’enfant, tant à un niveau international qu’en Belgique.