Actualités

Pour plus d’informations, contactez directement l’association organisatrice dont les coordonnées se trouvent toujours en fin de présentation.

Abonnement par fil RSS

Suivez-nous

En ce 17 octobre, journée mondiale de lutte contre la pauvreté, la CODE rappelle l’impact important de la pauvreté sur les enfants et le respect de leurs droits en Belgique. L’occasion de relire nos analyses à ce sujet. Nos membres se mobilisent : pour plus d’information quant aux activités qu’ils organisent, rendez-vous sur notre page Facebook !

6 enjeux "droits de l’enfant" pour les prochaines élections (UNICEF Belgique)

Actualité mise en ligne le 11 octobre 2012

Communiqué de presse

UNICEF Belgique : 6 enjeux pour les prochaines élections

À l’avant-veille des élections locales, UNICEF Belgique interpelle les candidats aux élections et rappelle haut et fort toute l’importance de mettre les enfants en haut de l’agenda politique.

Où qu’ils soient dans le monde, les enfants encaissent les coups les plus durs. Pour ne pas les oublier et pour leur donner une voix, UNICEF Belgique lance un appel en six points.

1. Faites des enfants et des droits de l’enfant une priorité

Aucune politique n’est neutre pour les enfants. Pour une politique efficace et cohérente centrée sur les enfants, il est essentiel de placer l’enfant (au sein de sa famille) au cœur de toute considération stratégique et budgétaire. L’UNICEF appelle les autorités locales à défendre un intérêt transversal pour les enfants, à travers tous les thèmes, domaines et répartitions de compétences politiques, et donc à ne pas limiter cette attention aux domaines naturellement liés à l’enfance.

2. Protégez les enfants contre les effets dévastateurs de la pauvreté

Ces dernières années la pauvreté des enfants augmente de manière effrayante. La pauvreté rajeunit de plus en plus et est aussi très ‘colorée’. En Belgique, le risque de pauvreté auquel sont confrontées les personnes issues de minorités ethniques et culturelles est extrêmement important et atteint même 50 % pour certains groupes. En ce qui concerne les enfants, les chiffres sont encore plus élevés : plus de la moitié des enfants nés dans une famille défavorisée sont issus de l’immigration. Ces réalités doivent nous pousser à agir. En effet, la pauvreté et l’exclusion sociale qui y est liée n’influencent pas seulement le développement des enfants sur le plan de la santé, de l’enseignement, de la famille et des loisirs. Elles minent aussi ses perspectives d’avenir et ses chances dans la vie. Atteindre les enfants et les familles vulnérables est donc nécessaire pour lutter contre la pauvreté infantile, mais aussi pour le développement et la viabilité futurs de nos villes et communes. La pauvreté est l’affaire de tous et il est de notre intérêt à tous de la combattre. L’UNICEF appelle les autorités communales à assumer activement une tâche de coordination à tous les niveaux et dans tous les domaines de compétence, basée sur les droits de l’enfant, pour prévenir et enrayer la pauvreté infantile. L’UNICEF encourage à impliquer les enfants et leurs familles en tant que partenaires à part entière dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des plans locaux de lutte contre la pauvreté.

3. Garantissez un enseignement de qualité pour tous les enfants

Le levier social que notre enseignement devrait constituer pour les enfants est en panne. Lorsqu’il garantit à tous les enfants une formation optimale, l’enseignement permet de résoudre toute une série de problèmes de société : l’enseignement de qualité pour tous accélère la croissance économique, réduit la pauvreté, renforce la cohésion sociale, améliore la santé, limite la criminalité, consolide la démocratie, etc.

4. Utilisez la participation authentique des (de tous les) enfants comme but et moyen.

Le droit des enfants d’être entendu a beau gagner du terrain, le chemin menant à une large application de ce principe dans les écoles, les communes, les instances administratives et politiques, ainsi que par les professionnels travaillant avec et pour les enfants, reste long. Les groupes vulnérables en particulier ne sont pas assez entendus dans le cadre des initiatives de participation. Pourtant, la participation des enfants et des jeunes constitue un instrument efficace pour donner une place à leurs expériences et prendre des décisions stratégiques meilleures car répondant à leurs besoins réels. La participation n’est donc pas un cadeau ou un luxe. C’est une nécessité. Et un droit.

5. Considérez les enfants migrants avant tout comme des enfants

Les enfants migrants sont avant tout des enfants. Leurs droits (enseignement, soins de santé, etc.) doivent donc être tout autant préservés et garantis. UNICEF Belgique plaide pour que les autorités locales veillent aussi sur les enfants migrants en Belgique – qu’ils soient demandeurs d’asile ou en séjour irrégulier– et leur permettent d’accéder à l’ensemble des services et soins (enseignement, soins de santé, mais aussi vie familiale, participation, etc.). UNICEF Belgique souhaite que l’on s’attarde au lien complexe entre la migration, l’intégration et la pauvreté. UNICEF Belgique plaide pour une interdiction légale de la détention des enfants dans des centres fermés pour étrangers et appelle tous les décideurs politiques à mettre en œuvre une solution durable pour les enfants vivant dans la rue.

6. Intégrez les droits des enfants dans le cadre de la coopération au développement

Six des huit objectifs du Millénaire concernent directement les enfants. Dans les pays pauvres, plus de la moitié de la population est constituée d’enfants. Investir dans les enfants est donc le meilleur moyen pour lutter contre la pauvreté et les inégalités. Pourtant, ceci ne se traduit pas (assez) dans l’attention et le soutien accordés aux droits de l’enfant dans le cadre de la coopération au développement. L’UNICEF encourage les autorités locales à accorder plus d’attention aux droits de l’enfant dans le cadre de la coopération au développement.

UNICEF Belgique veut encourager tous les candidats, têtes et pousseurs de listes et futurs mandataires à faire la différence pour les enfants à l’échelle locale en mettant en œuvre une politique énergique, cohérente et inclusive centrée sur les enfants.

Cela requiert du courage et de la volonté politique, mais une chose est sûre : une politique centrée sur les enfants est sans aucun doute l’investissement le plus sensé qui soit, d’un point de vue politique et économique.

Contact presse : Isabelle Marneffe Directeur Communication & Programmes UNICEF Belgique T 02/230.59.70 GSM : 0477/444.494